Quelles sont les règles de fiscalités immobilières en Israël ?

Investir dans l’immobilier est devenu une valeur refuge pour la plupart des contribuables français. Ce secteur étant dynamique, certains investisseurs souhaitent élargir leur réseau ou leur business à l’international. Israël figure parmi les pays où l’immobilier est en plein développement. Toutefois, avant de se lancer dans cette contrée, il est important de connaître les règles de fiscalités immobilières. Les détails. 

Etudier le marché immobilier en Israël  

Le marché immobilier en Israël présente de nombreux atouts pour les investisseurs étrangers. D’ailleurs, il s’agit d’un secteur très dynamique sur le plan économique de ce pays. Avant d’envisager d’investir en Israël, il est primordial d’étudier l’offre et la demande et de maîtriser les notions de taxes immobilières et de la fiscalité. Pour en savoir plus, cliquez ici

A lire en complément : Bayeux : Une destination de voyage incontournable

La fiscalité constitue un frein à l’investissement immobilier des aspirants. Cependant, le marché immobilier israélien offre de nombreuses opportunités pour les investisseurs. Acquérir un bien dans cette contrée est le rêve de tous les investisseurs français. Cependant, ils doivent se préparer aux méandres de la fiscalité immobilière internationale

Connaître les mesures gouvernementales face à la hausse de la fiscalité immobilière

Même si le marché en Israël est très attractif, il faut optimiser sa fiscalité pour éviter les pertes. Le gouvernement israélien a mis en place des mesures qui encadrent l’investissement immobilier dans le pays : 

En parallèle : Quelles sont les différentes formes de 3e pilier à connaître?

  • Le Tama 38 : il s’agit d’un plan d’urbanisme national qui met aux normes la construction pour minimiser les risques sismiques. 
  • La Loterie MISHTAKEN TSAIR : il s’agit d’un programme adressé aux jeunes couples primoaccédants de nationalité israélienne. 

S’attarder sur les différents types d’imposition et taxes immobilières du pays

 Les règles de fiscalité en Israël dépendent particulièrement de la transaction. Pour l’achat d’un bien, les taux d’imposition peuvent varier de 0% à 10% en fonction de votre situation. La taxe est de 6% s’il s’agit d’un achat de terrain ou de bureau. Concernant la revente, la taxe sur la plus-value de cession st appliqué. Elle est de l’ordre de 25 % sur la plus-value. Enfin, pour la location d’un bien, le taux est compris entre 10 à 15 % sur les loyers perçus.